Tract CGT Territoriaux du 10/12/12 – Actuellement au Mélies : Amère Vengeance

ACTUELLEMENT AU MELIES : AMÈRE VENGEANCE

Le terme de « caisse noire » employé dans un communiqué de presse de la mairie est diffamatoire. Le système de double-billetterie dénoncé par ledit communiqué n’est que la gestion des séances dites non commerciales, connue de l’administration, des élus.

Selon la définition du Centre National de la Cinématographie (CNC) :
« On entend par séance non-commerciale une séance, gratuite ou payante, qui échappe aux dispositions du contrôle des recettes, à savoir qu’elle ne donne pas lieu à l’utilisation d’une billetterie agréée par le CNC, à l’émission et la transmission de bordereaux et donc à la perception et à l’acquittement de la taxe sur les entrées (TSA). »

Ainsi quelques séances non commerciales – sur 4000 séances par an – sont organisées par le Méliès, comme par une grande partie des cinémas art et essai de France. Ces séances, organisées en toute transparence, concernent des films non destinés à l’exploitation cinématographique, diffusés dans le cadre de festivals ou encore de programmations spéciales, parfois à la demande même de la Municipalité.

Depuis la municipalisation du cinéma Méliès en 2002, le mode de gestion de ces séances exceptionnelles est resté le même. En aucune manière les recettes ainsi générées n’ont donné lieu à des détournements, mais ont été intégralement reversées dans le budget du service.
Dans le contexte de maltraitance du personnel du cinéma depuis plus d’un an, la mise en cause du directeur artistique et des deux agents actuellement en charge de la régie, est injuste et apparaît comme, une étape plus grave encore, de l’entreprise de se débarrasser de l’équipe.

Pire, la brutalité des méthodes employées est honteuse. Pour rappel : « l’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs » – Art. L4121-1 du code du travail

Cette semaine, des agents de la tranquillité publique qui n’ont pas de pouvoir de police, ont suivi nos collègues, suspendus, à travers la ville. Mercredi soir les collègues en poste au cinéma ont travaillé sous la surveillance des agents de la tranquillité publique qui occupaient les lieux, créant des conditions de travail inacceptables, portant la confusion chez de nombreux spectateurs.

Ces pratiques sont inadmissibles.

SOLIDARITÉ

Publicités

Tagué:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :