Archives Mensuelles: octobre 2013

Tract CGT Territoriaux du 31/10/2013 – Actuellement au Méliès : 7 mois ferme

ACTUELLEMENT AU MELIES : 7 MOIS FERME

Après 46 jours de grève, le Méliès a donc rouvert ses portes depuis 7 mois. Cependant, l’acharnement est toujours de mise et la désorganisation est générale, l’insécurité institutionnelle…

 

Après les accusations dans la presse, après leur mutations forcées, nos deux collègues se voient infliger une nouvelle sanction : une exclusion de 3 jours sans salaire, bloquant leur déroulement de carrière pendant 3 ans ! L’ancienne programmatrice, dont le contrat n’avait pas été renouvelé en mars 2013, pointe toujours au chômage. Le directeur artistique s’est vu privé brutalement du projet qu’il avait initié et défendu depuis 7 ans… d’ailleurs, il n’y a plus de direction artistique au Méliès, le poste a disparu.

Nos conditions de travail se détériorent à vitesse grand V !

Le passage aux nouveaux tarifs « Est Ensemble » s’est fait sans aucune préparation, au contraire des autres cinémas de l’Agglo (nombreuses réunions préparatoires pour nos collègues, contre une seule au Méliès, une semaine avant leur mise en place effective le 4 septembre, alors que les deux caissiers titulaires sont en congé!). Les caissiers doivent naviguer à vue, entre informations contradictoires, « préconisations » confuses et rétention d’information.

En conséquence, les cartes 10 places, certifiées valables un an, vendues jusqu’à la veille du changement de tarif, doivent finalement être utilisées avant le 31 décembre 2013 (après les « tickets roses », c’est la 2ème fois en 7 mois que nous annonçons aux spectateurs que leurs contremarques ne sont plus valables!). Le Comité des OEuvres Sociales de la Ville, pas mis au courant du changement de tarif, vendait encore des cartes aux agents municipaux après le 4 septembre… mais pas de panique, aujourd’hui, plus aucun partenariat n’existe entre le Méliès et le COS ! Tous agents, tous perdants !

De plus, un système de comptabilité improbable fragilise les caissiers qui non seulement ne sont plus protégés dans leurs fonctions, mais les exposent dangereusement à n’importe quelle accusation de dysfonctionnement voire pire… Malgré les accusations de « comptabilité parallèle », force est de constater qu’il n’y a toujours pas de comptable-régisseur recruté au cinéma, et que celle ci reste bien incertaine…

La désorganisation ne se cantonne pas aux problèmes de caisse : annulation en série de séances cet été, changements d’horaire acrobatiques, planning de travail (quand il y en a!) pas élaborés avec le personnel, dégradation des fauteuils des salles, toilettes insalubres, lumières insuffisantes en salles, chauffage qui ne marche pas, ou trop bien (c’est vous qui payez, l’environnement aussi…).

Mais pire, les réunions totalement improvisées autour du projet du futur 6 salles, mettent systématiquement en défaut les agents devant les élus, leur direction ou les Montreuillois. Comme lors du Café-Culture au Mori’Bar où il s’agissait de communiquer dans une réunion publique sur un projet culturel vide qui ne nous appartient pas. Quel est notre quotidien aujourd’hui ? On se méfie de nous, on nous piège, on nous pousse à la faute, on nous calomnie sur les réseaux sociaux : la défiance règne !

Le personnel, soucieux de rester professionnel, alerte régulièrement sa hiérarchie pour que ces difficultés soient résolues. Sans effet. Règne un climat de suspicions généralisées, des mises en situations déstabilisantes dans un environnement anxiogène, toxique ! La souffrance au travail est réelle et quotidienne.

Nous exigeons que cessent les abus de pouvoir et aspirons enfin à travailler dans des conditions au moins normales, sans menace permanente d’une sanction, d’une enquête ou d’un procès, sans rapports ni délation à la demande de la direction, dans le respect et la dignité comme n’importe quel travailleur en a le droit.

L’équipe anciennement gréviste toujours soudée, toujours en solidarité avec les 4 collègues bannis du cinéma, demande encore et toujours leur réintégration car ils ont été chassés du Méliès arbitrairement, il y a sept mois !

Image